Grenade, muscade et cacao! (Partie 1)

J’adore le chocolat. Pas seulement parce que c’est un aliment délicieux rempli de propriétés bénéfiques pour la santé, mais aussi et surtout parce qu’il me permet de voir le monde différemment. Le chocolat me permet de visiter des pays où je ne pensais jamais me rendre, et il m’aide à mieux les comprendre à différents niveaux.

Petite Anse

Petite Anse, au nord de l’île.

Grenade, une petite île dans les Caraïbes, est l’un de ces pays que je ne pensais pas visiter un jour… jusqu’à ce qu’un festival de chocolat m’y amène! Le Grenada Chocolate Festival existe depuis seulement quatre ans, mais il fait déjà couler beaucoup d’encre. Pendant cette courte période, Magdalena Fielden, la fondatrice, a réussi à créer un événement international qui attire des gens de Grenade, des îles environnantes des Caraïbes et de partout dans le monde.

En raison de l’histoire politique du pays, plusieurs participants du festival venaient d’Angleterre. Cela s’explique par le fait que l’île, après avoir été colonisée par les Français en 1650 (Note 1), est devenue possession des Anglais en 1763, avec le Traité de Paris. La Grenade est devenue indépendante en 1974, mais les liens entre ce pays membre du Commonwealth et l’Angleterre semblent encore très forts. Une courte période d’insécurité et d’instabilité politique a suivi l’indépendance, entre 1979 et 1984, quand le pays est devenu communiste (Note 2) et allié de Cuba et de l’URSS. Je ne savais rien de tout cela avant ma visite en Grenade, mais je trouve l’histoire de ce pays vraiment intéressante et fascinante.

Le Fort Frederick

Le Fort Frederick

St-George's vue du Fort Frederick

St-George’s vue du Fort Frederick

Actuellement, le pays semble plutôt stable politiquement. Je n’ai pas entendu parler de corruption, comme à Madagascar, par exemple. Cela ne veut évidemment pas dire que tout est parfait sur l’Île aux Épices, mais la vie semble meilleure dans ce pays que dans plusieurs autres que j’ai visités. J’y ai remarqué moins de pauvreté, et le taux de criminalité est très bas comparativement à d’autres îles des Caraïbes, notamment Trinidad. L’un de nos guides pendant le festival nous a même affirmé qu’il est très sécuritaire de marcher en Grenade, même le soir!

Fruit du muscadier

Fruit du muscadier (Source: Wikimedia Commons)

La muscade, le macis et le cacao ont été des cultures très importantes pour la Grenade depuis l’arrivée des Européens. La production de muscade a énormément diminué depuis Ivan, l’ouragan qui a dévasté l’île en 2004. Malheureusement, cette culture ne s’est jamais remise complètement de ce terrible événement.

Usine de transformation de la muscade et du macis

Usine de transformation de la muscade et du macis, Gouyave

Noix de muscade entières, prêtes à être envoyées à l'international.

Noix de muscade entières, prêtes à être envoyées à l’international

Les plantations de cacao ont aussi été grandement affectées par Ivan, mais plusieurs personnes – incluant le Dr. Darin Sukha, de la University of West Indies à Trinidad – m’ont dit que les cacaoyers sont plus résilients. La production de cacao est donc revenue à ce qu’elle était avant Ivan, contrairement à ce qui s’est passé avec la muscade (Note 3).

La Grenade est un petit joueur sur le marché mondial du cacao : elle ne produit que 900 tonnes de cacao par année (Note 4). Il s’agit cependant d’une origine appréciée pour son cacao très aromatique. L’Organisation Mondiale du Cacao (ICCO) reconnaît d’ailleurs 100% de son cacao comme « fin », un privilège accordé à seulement 10 pays dans le monde! Il n’est pas surprenant alors de constater que l’industrie du chocolat est en pleine expansion en ce moment en Grenade, comme vous l’apprendrez dans la deuxième partie de cette série.

————-

Note 1: Plusieurs villes du pays ont d’ailleurs encore des noms français comme Gouyave ou Petite Anse.

Note 2: En 1979, Maurice Bishop, alors chef du New Jewel Movement, a organisé un coup d’état pour prendre le pouvoir à la place du président élu, Eric Gairy. Bishop a été tué en 1983.

Note 3: Selon des statistiques de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Grenade a produit 763 tonnes de cacao en 2004, et seulement 47 en 2005. La production a maintenant repris son cours normal avec 900 tonnes cultivées en 2014. En comparaison, la production nationale de muscade, de macis et de cardamome a été de 2887 tonnes en 2004, et de 448 tonnes en 2014…

Note 4: La production mondiale annuelle du cacao est d’un peu plus de 4 millions de tonnes par année (ICCO).